Retour à l'aperçu du guide

Le cycle de l’azote

Pour que les plantes puissent absorber l’azote, il faut qu’il soit minéralisé. Explication rapide du processus.

Les réserves d’azote sont présentes dans le sol sous une forme organiquement liée. Cela contraste avec les formes de nutriments des réserves minérales. Une forte proportion d’humus, c’est-à-dire de composés organiques, indique donc généralement un potentiel considérable d’azote de réserve.

Les plantes n’absorbent l’azote en quantités importantes que sous forme minéralisée. La disponibilité dépend donc de la performance de minéralisation, c’est-à-dire de l’activité biologique dans le sol. Ce qui joue un rôle important dans le cycle de l’azote :

  • la température,
  • l’aération avec une humidité du sol suffisante,
  • l’approvisionnement en nutriments,
  • la composition de la substance organique.

En raison de ces mécanismes, le moment où les plantes ont besoin de beaucoup d’azote lorsqu’elles sont plantées en extérieur, c’est-à-dire au printemps, diffère souvent de celui où la minéralisation est élevée. Ce phénomène est particulièrement important en été et en automne, lorsque la température du sol est suffisante.

Le cycle de l’azote en bref

1. Dans l’air, l’azote est présent sous une forme que l’on appelle azote atmosphérique (N2). L’enveloppe de l’air est constituée en grande partie d’azote : l’atmosphère en contient 78 % en volume. La majeure partie ne peut pas être utilisée pour les plantes. Seules certaines bactéries peuvent assimiler l’azote de l’air et donc l’utiliser.

2. Les symbiotes fixateurs d’azote (rhizobiums) font partie des micro-organismes qui peuvent utiliser l’azote élémentaire. Les rhizobiums vivent en symbiose avec les légumineuses qui profitent également. C’est ainsi que l’azote de l’air pénètre dans le monde végétal. La quantité d’azote obtenue en symbiose peut atteindre 150 kg N / ha pour les légumineuses.

3. Les bactéries du sol fixatrices d’azote sont des bactéries qui vivent librement dans le sol et utilisent l’azote de l’air pour produire leurs protéines. Par leur intermédiaire, environ 2 à 5 kg N / ha par an pénètrent dans le sol.

4. Dans les engrais organiques, l’azote est lié organiquement. Sous cette forme, il n’est pas directement utilisable pour les plantes, il doit d’abord être minéralisé.

5. Au cours du processus de minéralisation, l’azote organique est décomposé. Les champignons et les bactéries sont tous deux impliqués dans ce processus.

6. L’ammonium est libéré par divers composés azotés : l’ammonification. Il s’agit souvent de protéines, car elles contiennent beaucoup d’azote. L’ammonification est assurée par les bactéries et les champignons du sol.

7. Par la nitrification, l’ammonium est d’abord oxydé en nitrite, puis en nitrate. Les deux processus sont réalisés par des micro-organismes, qui gagnent ainsi de l’énergie. Le nitrite peut avoir un effet toxique sur les plantes. Cependant, il est rarement présent en grande quantité. Le nitrate est plus facilement lessivé que l’ammonium, qui est assez bien retenu par les particules d’argile.

8. Les plantes absorbent l’ammonium et le nitrate sous forme ionique.

9. Le nitrate dans le sol peut également être dénitrifié.Lors de la dénitrification, le nitrate est transformé en azote élémentaire et en oxydes d’azote qui sont rejetés dans l’air. Après cela, l’azote n’est plus disponible pour la plante ; le cycle de l’azote se ferme.