Retour à l'aperçu du guide

Une fertilisation correcte avec du fumier

Le fumier est un précieux fournisseur d’éléments nutritifs pour le sol. Ce à quoi il faut prêter attention lors de l’épandage.

Le fumier de bovin, de poule et de cheval fournit non seulement des nutriments précieux pour les plantes, mais aussi beaucoup de matière organique. Il améliore le sol et sert d’engrais dans les jardins potagers, les parterres de plantes vivaces, les rosiers et les arbres et arbustes.

 

Les avantages de la fertilisation avec du fumier en un coup d’œil :

  • Améliore la structure du sol et favorise une texture meuble.

  • Fournit beaucoup de matière organique servant de nourriture aux micro-organismes du sol, et contribue ainsi à l’activation de la vie du sol.

  • Favorise la formation de l’humus et l’activité du sol.

  • Améliore la capacité de stockage de l’eau et l’équilibre de l’air, en particulier dans les sols légers et perméables.

Les différents types de fumier

Le fumier frais contient, outre les excréments des animaux, plus ou moins de litière, selon l’étable et l’élevage. La litière est généralement constituée de paille.

On différencie les fumiers en fonction de leur provenance et de leur forme de production.

  • Fumier frais.Fumier de bovin, de volaille ou de cheval non transformé obtenu directement à la ferme. L’inconvénient de la fertilisation au fumier est principalement l’odeur et la manipulation. Tout le monde n’aime pas manipuler du fumier frais, même avec des gants. En outre, le fumier frais ne doit pas être épandu directement sur les plantes, car l’ammoniac peut provoquer des brûlures.
  • Pellets.Fumier séché et délicatement compressé. Les pellets sont faciles à répartir dans le jardin et possèdent une odeur agréable. Les pellets sont une bonne alternative si vous n’êtes pas à l’aise pour fertiliser avec du fumier frais, mais que vous ne voulez pas vous passer de ses propriétés positives.
  • Composté. Le fumier de bovin ou de cheval composté, qui ressemble beaucoup au compost, est également utilisé comme celui-ci. Au printemps, avant de planter, vous pouvez épandre le fumier composté sur les plates-bandes du jardin et l’enfouir.

Hauert vous accompagne au fil de la saison.

Avec notre Guide, nous vous accompagnons au fil de la saison du jardin.

S'abonner au guide

Quand faut-il épandre du fumier dans le jardin ?

Le fumier frais ne doit pas être en contact direct avec les racines de plantes, car l’ammoniac peut provoquer des brûlures. Il devrait donc toujours être incorporé et non pas seulement réparti superficiellement. Dans le potager, épandez le fumier soit à l’automne, après avoir nettoyé les plates-bandes, soit à la fin de l’hiver, lorsque le sol n’est plus gelé. Il n’y a ainsi plus de danger de brûlures et le fumier peut déjà commencer à se décomposer dans le sol.

Vous pouvez épandre directement avant la plantation le fumier pelletisé et composté, puis l’enfouir légèrement.

L’apport correct de fumier

Épandez le fumier autour des plantes en automne ou à la fin de l’hiver, puis bêchez ensuite le sol. Au printemps, il vous suffit alors de travailler la plate-bande avec un croc et de planter directement. Cela vaut aussi bien pour le potager que pour les parterres de plantes vivaces, les rosiers et les arbustes.

La quantité optimal

Idéalement, il faut 1 à 2 litres de fumier par m², 3 litres au maximum. Le fumier de bovin, de cheval et de volaille contient généralement un peu d’azote et beaucoup de phosphore et de potassium. Vous ne devez donc pas dépasser la quantité indiquée ci-dessus, sinon le sol recevra une surdose de nutriments.

Le fumier ne remplace pas l’engrais

Le fumier et le compost fournissent au sol du jardin de nombreux éléments nutritifs. Pour que vos cultures maraîchères soient bien nourries, il vous faut encore ajouter de l’engrais pour légumes. Afin de ne pas surfertiliser le sol, réduisez de moitié la dose recommandée pour le type de légume souhaité (consommateurs faibles, moyens et forts).