Retour à l'aperçu du guide

Le jardin dans le changement climatique : ces 5 légumes poussent maintenant aussi chez nous

Avec le réchauffement climatique, des plantes exotiques prennent désormais leurs quartiers chez nous. Nos 5 préférées.

En raison du changement climatique et de la hausse des températures, de plus en plus de plantes apparaissent dans nos jardins alors qu’autrefois ils étaient trop froids pour elles. Certaines de ces espèces végétales qui aiment la chaleur nous sont familières au supermarché, comme le melon. D’autres, comme les patates douces, sont cultivées chez nous depuis plusieurs années. D’autres encore sont totalement inconnues. Par exemple, connaissez-vous le type de salade appelé laitue asperge ? Ou voulez-vous cultiver vos propres gombos ? Nous vous présentons 5 espèces végétales qui pourraient devenir indigènes dans nos jardins dans les prochaines années en raison du changement climatique :

No 1 de nos légumes dans le changement climatique : la laitue asperge

Nous ne parlons pas ici d’une salade d’asperges, mais bien d’une sorte de laitue à tondre à longues feuilles lancéolées dont on peut récolter les plus extérieures pour les déguster en salade. La plante pousse très lentement en hauteur et ressemble à un petit palmier à la fin. Lorsque la récolte des feuilles est terminée, la tige savoureuse peut également être utilisée en cuisine.

La laitue asperge n’est pas aussi exotique qu’elle en a l’air. Elle est proche de la laitue et a des exigences similaires à celle-ci. C’est en Chine qu’on la cultive principalement. Vous pouvez vous procurer les graines dans les magasins spécialisés ; des plantons sont également disponibles, mais plus rarement. En culture, la laitue asperge est peu exigeante et peut également tolérer des températures un peu plus basses. Fertilisez-la de manière appropriée au fur et à mesure de sa croissance et vérifiez régulièrement qu’il n’y a pas de limaces ou de pucerons. Sinon, elle ne nécessite pas de soins particuliers.

No 2 des plantes qui bénéficient du changement climatique : l’amarante

L’amarante est originaire d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale et était déjà consommée par les Incas. En Europe, la plante est quelque peu tombée dans l’oubli. Chez nous, l’amarante est aujourd’hui principalement connue comme plante ornementale colorée ou céréale alternative.

Récolter une quantité suffisante de graines demande trop d’espace dans un jardin privé. Mais on oublie souvent que l’amarante peut aussi être utilisée comme légume à feuilles. Les jeunes pousses peuvent être coupées et dégustées en salade, les plus anciennes préparées comme des épinards. Bon à savoir : laissez toujours la paire de feuilles la plus basse lors de la récolte.

L’amarante apprécie un climat agréablement chaud. Les emplacements ensoleillés du jardin lui conviennent le mieux, elle ne tolère pas le gel. Veillez à toujours fertiliser suffisamment. En tant que plante à forte croissance, elle reste plutôt petite cultivée en pot. Les plantons sont difficiles à trouver. Il est plus facile de semer directement les fines graines d’amarante.

No 3 de notre hit-parade des légumes : le gombo

Les gombos, également appelés okras, sont surtout connus comme ingrédient de plats exotiques. Le gombo (Adelmoschus escelentum) appartient à la famille des malvacées et est originaire d’Afrique. Par conséquent, il aime un climat chaud, voire très chaud. Dans notre région, il se développe idéalement dans les endroits doux et abrités, comme un toit-terrasse.

Le gombo peut devenir un arbre majestueux pouvant atteindre 2 m de haut, que ce soit en pot ou dans le jardin. En tant que culture très gourmande, le gombo a besoin d’un apport suffisant de nutriments. Cependant, il n’aime pas une forte teneur en sel (valeur EC). Il faut donc être prudent avec les engrais et le compost au début et ne les administrer que progressivement lorsque la plante est un peu plus grande. Le gombo n’aime ni l’humidité ni la sécheresse.

Les jeunes gombos sont particulièrement tendres. N’hésitez donc pas à récolter dès que les gousses sont mûres et à ajouter un peu de variété à votre menu.

Les plants de gombo sont difficiles à trouver chez nous. Les graines sont plus facilement disponibles. Relativement dures, elles germent donc parfois lentement. Notre conseil : donnez un coup de pouce aux graines en les ponçant légèrement avec du papier de verre. Ensuite, placez-les dans du jus de citron pendant 1 heure, puis dans de l’eau pendant 2 heures. Cela facilitera leur germination.

No 4 des légumes du changement climatique : la patate douce

La patate douce est le tubercule tendance par excellence. Rare dans nos jardins jusqu’à il y a quelques années, elle est désormais également plantée avec succès dans les cultures maraîchères professionnelles du pays.

La patate douce (Ipomoea patatas) est originaire des tropiques. Elle apprécie donc la chaleur. Vous pouvez cultiver les patates douces soit dans le jardin, soit dans de grands pots d’une circonférence d’au moins 40 cm. Il est utile d’installer des treillages, car les plantes s’entrelacent fortement. Les patates douces sont peu exigeantes en matière de culture. Tant que les températures sont adéquates, vous ne pouvez pas vous tromper dans l’entretien. Arrosez régulièrement, mais évitez l’engorgement. Les patates douces sont très gourmandes en nutriments. Il faut donc fertiliser suffisamment.

Il est préférable d’acheter les plantons en pépinière et de les planter en pot ou dans le jardin à partir de la mi-mai. On récolte et on consomme les tubercules. Déterrez-les au plus tard en automne, avant les premières gelées. Conseil pour les novices en patate douce :il est préférable de commencer par une variété à chair orange. Elles ont un rendement élevé et produisent la récolte la plus précoce.

No 5 des variations climatiques : la pastèque

La pastèque est la plus délicate des cultures de melon. Originaire de la savane africaine, elle aime la chaleur et la sécheresse. En raison de la hausse des températures, elle prospère désormais aussi dans nos jardins, dans des endroits chauds et protégés du vent.

La pastèque fait partie des cucurbitacées et est donc gourmande en surface. Si vous la cultivez en pot, celui-ci doit avoir une circonférence d’au moins 40 cm. La pastèque a besoin de beaucoup d’eau, mais n’aime pas l’engorgement. En outre, en tant que plante très gourmande, elle a besoin d’une forte dose de nutriments.

Si vous voulez vous essayer aux pastèques, il est préférable d’acheter des plants en pépinière. Les variétés précoces sont mieux adaptées à notre climat. Selon l’endroit, vous pouvez planter les jeunes plants en plein air à partir de la mi-mai. Les premiers fruits mûrissent vers le milieu ou la fin de l’été. Vous saurez que le fruit est prêt à être récolté lorsque vous constaterez que son pédoncule se dessèche. En cas de doute, ne récoltez pas les fruits trop tôt, mais attendez quelques jours de plus.